partie 13

13/08/2013 11:24

1958

Avec la diminution de la course à la puissance chez les trois grands, Ford change de tactique pour arracher différentes part du marché en 1958 et est le fabricant qui fera le plus parlé de lui pour l’année 1958.


La generation des « Squarebirds » (1960)

D’abord, c’est la Thunderbird qui reçoit son « face lift », au plaisir des pères de familles qui peuvent maintenant profiter de quatre places assises et du plaisir de conduite du nouvel oiseau sacré de Ford. Ces nouvelles voitures qui ressemblent plus à un coupé deux portes ordinaire reçoivent vite le sobriquet de « Squarebirds » des amateurs de roadsters performants qui voient le model perdre leur intérêt envers cette nouvelle voiture..


T-Bird 1958

En fait, Ford n’avait jamais eu l’intention de construire une voiture sport au même titre que la corvette, les gens chez Ford avait simplement imaginé la voiture comme un « Personnal Car » luxueux a caractère sportif et continuaient sur cette ligné en apportant des changements à la mode sur la voiture. Et les changements seront au rendez-vous, bien que les dimension de la Thunderbird ressemblent à celles d’une voiture régulière, la construction de celle-ci pour 1958 est entièrement monocoque, une première pour le constructeur.


Ford 1958


La Thunderbird s’avère être un bon coup, car elle gagne en popularité et les ventes dépasseront celles de 1957 ! Il est évident que Ford a bien prit soin de prêter à ses voitures des détails esthétique similaire a celui des « Squarebirds ». Pour les motorisations, Ford lance une nouvelle génération de moteurs, la famille FE(Ford-Edsel)laissant le « Y-Bloc » 292 pc de 290 hp comme V8 de base. Un V8 FE « Interceptor » de 352 pc sera offert de base sur les « Squarbirds » et optionnel sur les automobiles Ford, cette mécanique affichera 300 hp avec un carburateur quatre corps.


Edsel 1958

La compétition est féroce entre les marques et il devient difficile pour Ford de Combattre Chrysler et Général Motors qui ont plusieurs divisions pour les différents marchés/type d’acheteurs. Les voitures Mercury doivent combattre Olds, DeSoto, Chrsyler et Buick et bien souvent qu’autrement les Pontiac et Dodge bien équipés. Afin de mieux définir la place de Mercury et de maintenir les Lincoln au même niveau que Cadillac et Imperial, Ford crée Edsel. Cette nouvelle division qui porte le prénom du fils unique d’Henry Ford a été lancée dans le but de combattre les Oldsmobile Dodge et DeSoto dans le créneau des voitures au style à la mode et aux nombreux gadgets. Bien que dès leur lancement, le design des Edsel n’est pas apprécié du public, les mécaniques offerte par la division est intéressante, puisqu’elle est plus puissante que celle offert par les autres automobiles de sa catégorie.




Edsel en pré-production sur piste d’essaie




V8 de 410 pc MEL.

Un V8 FE de 361 pc sera offert, celui-ci développant 303 hp
Afin de donner une famille de motorisation à ses voitures plus luxueuse, Ford lance sa famille de V8 MEL (Mercury-Edsel-Lincoln) et un 410 pc de 345 hp sera disponible pour les Edsel bien équipés.



Mercury 1958

Mercury aborde l’année 1958 en apportant que des changements esthétiques mineurs à sa voiture, c’est bien normal, car celle-ci fait maintenant compétition avec des divisions plus luxueuses et conservatrices tels que Chrysler, DeSoto et Buick ou les clients aiment les voitures luxueuses, mais moins extravagantes que les Cadillac, Lincoln et Impérial. La mécanique n’en demeure pas moins poussée par contre, un V8 MEL de 383 pc donne aux Mercury 330 hp. Mais les acheteurs avertis cocheront l’option pour le V8 « Marauder » un V8 MEL de la taille colossale de 430 pc, avec un carburateur quatre corps ce V8 affiche les 360 hp. Mais les amateurs de performance irons plutôt pour l’option « Super Marauder » qui ajoute l’option de 3 carburateurs 2 corps établissant les chiffres décoiffant de 400 hp!


430 super marauder 1958.

Ce moteur est tout en couple (dans les 490 lbs/ft), sert surtout à bouger aisément les grosses Lincoln, mais donne des ailes aux Mercury, qui elles même pèsent près de 4 500 lbs.





Bien que plus puissante, la Mercury n’a jamais crée le même magnétisme que la Chrysler 300D. Le fabuleux 392pc « HEMI » de 380 HP est la recette miracle de 300D. L’alimentation en essence est effectuée encore par deux carburateurs quatre corps. Pour concurrencer Chevrolet Chrysler tentera elle aussi d’offrir l’injection mécanique/électrique sur les 300D, avec un système nommé « Electrojector » qui permet d’ajouter un 10 hp supplémentaire. Le système s’avérera encore moins fiable que celui offert par Rochester chez Chevrolet et Chrysler reconvertira a carburateur la quasi totalité des voitures munies de « L’electrojector ».




Le Foward Look a l"oeuvre.

Mais la vrai recette qui donne mène Chrysler au succès est le coup de Crayon du chef styliste Virgil Exner avec le « Foward Look ». Le style des voitures présenté par Chrysler et ses divisions est tellement en avance sur son temps que Chrysler n’apportera que des changements mineurs pour 1958. Chrysler a véritablement le vent dans les….ailes!


DeSoto 1958

DeSoto 1958, offrira aussi « l’electrojector » sur ses Adeventurer, mais celle-ci aussi seront pratiquement toutes reconverties, les models se retrouvant sur la rue seront celles équipé du V8 361 pc, 2 carburateurs quatre corps avec une puissance de 345hp.

http://www.youtube.com/watch?v=v9gb7JZm1Fc
Pub DeSoto 1958


Dodge 1958

Le meilleur de Dodge pour 1958 sera encore la D-500 qui sera en fait le même groupe mécanique que celui de la DeSoto Adventurer.


Plymouth 1958.

Plymtouh alimentera ses Fury d’un V8 de 318pc qui produiront dans les 290 hp lorsqu’équipé des deux carburateur quatre corps. Le model « Golden comando » fait toujours partie de la gamme. Cette fois-ci il s’agit d’un V8 de 350 pc, deux carburateurs quatre corps qui developpe 305 hp.



General Motors, 1908 - 1958.


General Motors qui fête son 50ième anniversaire d’existence veut célébrer en grand et veut que le style de ses voitures soit à l’avant garde pour 1958. La pression est forte sur le chef designer Harley Earl qui tentera de donner le meilleur de lui-même pour le millésime `58.


Les dimension des Chevrolet devenant de plus en plus importante et l’utilisation d’un simple carburateur quatre corps en NASCAR complique un peu la vie a Chevrolet qui comme toute les divisions de GM cette année la avait prévu reconduire simplement le V8 283pc dans ses nouveau models. La meilleure solution de Chevrolet a été d’introduire son nouveau V8 de 348 pc.


Ce V8 était initialement prévu pour remplacer le 322 Buick qui prenait place dans les camions GMC / Chevrolet. Ses formes de têtes en W lui attirera le nom de « W Head ».
Bien que le V8 283pc avec les deux carburateur quatre corps (245 hp) et l’injection mécanique Rochester « Ramjet » (250 hp) qui trouveront surtout preneur dans les corvette, trop petites pour recevoir le 348pc. Celui-ci offre une puissance de base avec un carburateur quatre corps affiche lui aussi dans les 250 hp mais avec un couple plus grand. Une version 3 carburateurs 2 corps de 280 hp est aussi offerte en option.



Au cours de l’année 1958 Chevrolet retravaillera son 348 est offrira le « Police Special » qui permet d’atteindre les 315 hp avec un simple carburateur quatre corps. Pour les « Civils » les même chiffre peuvent être obtenues de ce nouveau moteur avec l’option des trois carburateurs.


 





Harley Earl mise sur deux divisions clé pour 1958, Oldsmobile qui lui permet les excès possibles en matière de design et Buick dont le design contemporain depuis les années 40 est carrément l’inspiration de Earl.




Buick 1958

Buick relancera la Limited, son model grand format et haut de gamme qui possède un luxe égal à une Cadillac, malgré ce virage prononcé vers les voitures de prestiges, Buick offre tout de même sa plus « petite » Century avec en option le même moteur qui se retrouve dans la Limited, soit une version haute compression du V8 364 pc « Nailhead » qui permet d’atteindre les 300 hp avec un carburateur quatre corps



Oldsmobile 1958

Oldsmobile, tout comme Buick, ne change pas ses mécaniques pour 1958, le 371pc est donc installé de série dans les 88 et 98. Avec le carburateur quatre corps, 305hp affiché et l’option J-2 qui comporte 3 carburateurs 2 corps est reconduits pour 1958 afin de permettre aux grosses Oldsmobile d’atteindre les 312 hp.



Pontiac 1958

Pontiac veut encore plus pousser son image de performance et se démarqué du look copié des Oldsmobile en 1956. Le résultat de ligne pour 1958 en font la berline au look et comportement le plus «sportif » offert par General Motors.





Un V8 de 370 pc sera l’unique moteur disponible chez la division (models Américains) avec des chiffres de puissance allant de 240 hp a 330 hp! Pontiac veut avoir un pas en avance en matière de performance sur les autres divisions de GM. Bien que depuis l’abolissement de l’AMA, Pontiac offre son 370 pc en plusieurs version dont des moteurs déjà préparé pour la course de haute compression à 3 carburateurs deux corps (330 hp), un avec une unité Fuel Injection Rochester (310 hp), mais la version qui intéressera les pilotes de NASCAR est la version du « moteur de course » équipé du carburateur 4 corps de 315 HP. En 1958 Pontiac sera la division de General Motors qui offre les moteurs les plus puissants, surclassé uniquement par la Cadillac Eldorado qui affiche les 335 hp.

Bien que plus aucun manufacturiers Nord américains ne s’implique dans la course automobile, les produits qu’il offre en 1958 ont des chiffres plus réservé mais ils sont plus réalistes car la plupart des options proposé se retrouveront réellement dans les voitures de rues. Le style opulent des voitures en matière de format et de quantité de chrome et de puissance semble infinie, mais l’année 1958 n’en sera pas une bonne pour l’automobile américaine. En fait le climat américain est instable et le monde subit une récession majeure.



Les États-Unis qui semblaient vivre dans un rêve depuis le début des années 50 ont un dur retour à la réalité et avec le spectre d’une guerre nucléaire sous leur tête il semble que les Américains n’entendent plus à rire…


On envoie Elvis à l’armée et on fait taire les DJ de Rock’n Roll à la radio avec le scandale de Payola. Les gens ont une vision plus « sérieuse » des choses et les voitures offertes par les manufacturiers ne cadrent pas avec cette réalité, le design de ces voitures est « trop », la magie de 1956 et 1957 semble bien loin. En fait la voiture qui augmentera le plus son chiffre de vente en 1958 est la Rambler!



Publicité Rambler 1958.

L’année de 1958 verra la fin de l’époque ou le style des voitures change radicalement d’une année a l’autre, les manufacturiers deviendront plus prudent dans le changement de style et l’utilisation massive de chrome, histoire de mieux suivre et garder leur « clientèle ».

Avec aucune implication dans la course automobile des manufacturiers, une situation économique difficile et un publique qui n’est pas nécessairement d’humeur à regarder des voitures tourner en rond sur une piste, qu’arrivera-t-il du NASCAR pour 1958?